Données comptables et financières

Attachée à une démarche de transparence, la CAVAMAC publie chaque année son rapport administratif et financier. Retrouvez ici les principales données comptables et financières du régime de retraite complémentaire (RCO) géré par la CAVAMAC.

Durant l’exercice 2018, le total des prestations versées s’est élevé à près de 260 millions d’euros, soit une progression 1,89 % par rapport à 2017. Rapporté aux seules cotisations, le résultat est déficitaire de 11,5 millions d’euros. Toutefois, le résultat 2018 affiche une excédent de 29,3 millions, principalement en raison du résultat financier (42,4 millions). Cela reste assez exceptionnel et s’explique par la réorganisation des portefeuilles ayant conduit à de substantielles plus-values.

PRINCIPALES DONNEES DU rco

Baisse des cotisations

Pour l’année 2018, les cotisations exigibles pour le régime complémentaire (RCO) représentaient environ 235 millions d’euros, soit 9,7 % de moins qu’en 2017. Cette baisse marquée correspond à la réduction du taux de cotisation et du taux d’appel. Le taux d’appel est en effet passé de 142,9 % à 129,5 %.

Coûts de gestion maîtrisés

En 2018, les dépenses administratives de la CAVAMAC s’établissent à 5.720K€, quasiment au niveau des dépenses de 2013 et de 2014. Le montant par adhérent est de 116 euros pour la gestion de l’ensemble des régimes gérés. Les frais de gestion des régimes représentent 0,85 % des sommes dont la CAVAMAC a la charge (cotisations et prestations).

Hausse des réserves au service des retraites

La gestion financière des réserves a, quant à elle, permis un rendement du portefeuille bien supérieur aux objectifs de pilotage (2 % en réel). Ainsi, tout en respectant strictement les contraintes réglementaires, les réserves ont augmenté de 14,02 % en 2013, 5,7 % en 2014, 7,75 % en 2015 et 2,45 % en 2016, soit au total environ 7 % par an en réel depuis le 1er juillet 2008.

En valeur de marché, les réserves atteignent, au 31 décembre 2018, 1 190 millions d’euros (en retrait par rapport à l’année précédente de 8,7 % avec le décrochage très important des marchés au dernier trimestre de l’année). La reprise des marchés en 2019 a gommé cette baisse pour retrouver fin août le niveau atteint fin 2017 (1 300 millions d’euros).